Nicolas Hulot lors de l’annonce de sa démission du gouvernement sur France Inter le 28 août 2018 ?

 

Invité du grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé sur France Inter, le 28 août 2018, Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, annonce sa démission du gouvernement.

Alors que la démission du ministre sonne comme un coup de tonnerre dans le paysage politique, je vous propose d’analyser l’émotion de Nicolas Hulot au moment de son annonce.

Au cours de l’entretien, Nicolas Demorand pose la question « Est-ce que vous restez au gouvernement » ?

A l’énoncé de la question, Nicolas Hulot déglutit, ce qui est la marque d’un signe de malaise.

Il effectue alors un mouvement de tête en 3 temps :

 

-  Il détourne le regard, les yeux vers le bas, centré sur ses émotions.

-  Il ferme les yeux pour se couper momentanément de la communication.

- Puis lève la tête et les yeux, et ouvre la bouche comme pour prendre son souffle avant de s’exprimer.

Nicolas Hulot détourne le regard, centré sur ses émotions

En fermant les yeux, il se coupe momentanément de la communication

La tête et les yeux levés comme pour retenir ses larmes, la bouche ouverte, il cherche son souffle

Lorsqu’il indique qu’il va prendre la décision la plus difficile de sa vie, l’émotion est palpable.  Les  coins de la bouche sont tombants ( en fer à cheval).

On aperçoit également un tremblement au niveau du menton (peau d'orange). C’est un mouvement que l’on observe chez des personnes qui s’apprêtent à pleurer.

Le regard est dirigé vers le bas. Il est connecté à ses émotions.

 

Sous le coup de l’émotion, à plusieurs reprises, sa voix est tremblante.

Les coins des lèvres tombants, le menton tremblant, la voix chevrotante. Nicolas Hulot est ému.

Lors de cette séquence de quelques secondes, l’émotion de Nicolas Hulot est palpable. 

Elle  est identifiable grâce à plusieurs indices :

 

La déglutition avant de commencer à s’exprimer.

- Un regard souvent dirigé vers le bas, connecté à ses émotions. 

- Les coins de la bouche tombants.

- Le tremblement du menton. 

- La voix chevrotante.